À propos de quelques constructions relationnelles abstraites de l’écrit formel

  • Marie-Pierre Escoubas-Benveniste Sapienza Università Di Roma
Parole chiave: verbes, français écrit, phraséologie, grammaire constructionnelle (CxG)

Abstract

Certains emplois verbaux (tenir à, avoir à, revenir à) fréquents dans l’écrit formel se présentent comme des expressions figées atypiques. Les théories du figement postulent une double contrainte formelle et sémantique et s’accordent sur l’empan syntaxique d’unités figées allant du syntagme binaire à la phrase simple. Or ce cadre semble exigu pour décrire le comportement textuel de ces verbes. Après avoir défini la notion de verbe relationnel abstrait, sa marginalité phraséologique au vu des usages, nous montrons que le concept de « construction » (Goldberg, 1995) permet de décrire finement le rôle et le fonctionnement textuel de ces emplois verbaux. En accordant un relief sémantique au niveau grammatical et à la relation logique textuelle associée, la représentation de la construction relationnelle abstraite (CRA) met en lumière un paradigme de locutions verbales qui revêtent une même fonction textuelle. Cette approche présente plusieurs avantages du point de vue applicatif.

Downloads

I dati di download non sono ancora disponibili

Biografia autore

Marie-Pierre Escoubas-Benveniste, Sapienza Università Di Roma

Actuellement chercheur chargé de cours en Langue et traduction – Linguistique française (Lingua e Traduzione – Lingua francese) à l’Università Sapienza di Roma, Département Méthodes et modèles pour l’économie, le territoire et la finance (MEMOTEF), Marie-Pierre Escoubas- Benveniste (PhD) a collaboré avec différents organismes d’enseignement supérieur et de recherche en France (INSA, Université Toulouse – Jean Jaurès), aux États-Unis (Boston University, MIT), en Italie (LUMSA, Università di Cassino, Università di Viterbo, Università di Roma Due, Università di Roma Tre – SISS Lazio). Ses domaines de recherches touchent à la linguistique contrastive, au domaine du verbe et à la linguistique appliquée.

Riferimenti bibliografici

ADAM, Jean-Michel (1992), Les Textes: types et prototypes, Paris, Nathan.

ASLANOV, Cyril (2015), “Perturbation de la valence des verbes français au contact de l’arabe”, TIPA. Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage, 31, http://journals.openedition.org/tipa/1371 (consulté le 8.12.2019).

BIDAUD, Françoise (2002), Structures figées de la conversation. Analyse contrastive français-italien,Berne, Peter Lang.

CADIOT, Pierre (1997), Les Prépositions abstraites en français, Armand Colin, Paris 1997.

CALLAMAND, Monique (1987, 19892), Grammaire vivante du français, CLE International, Paris, Larousse.

COMBETTES, Bernard / TOMASSONE, Robert (1988), Le Texte informatif. Aspects linguistiques, Bruxelles, De Boeck.

CORBIN, Danièle (1997), “Locutions, composés, unités polylexématiques: lexicalisation et mode de construction”, in Martins-Baltar, Michel (éd.), La Locution entre langue et usages, Fontenay / Saint-Cloud, ENS, 53-101.

CORBLIN, Francis (1995), Les Chaînes de référence dans le discours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

DUBOIS, Jean (1973), Dictionnaire de linguistique, Paris, Larousse.

DUBOIS, Jean (20022, 1979), Lexis, Larousse de la langue française, Paris, Larousse / VUEF, Édition revue et augmentée.

ESCOUBAS-BENVENISTE, Marie-Pierre (2008), “À quoi tient la synonymie du verbe? Le cas de quelques prédicats relationnels abstraits”, in Cigada, Sergio / Verna, Marisa (éds.), La Sinonimia tra langue e parole nei codici francese e italiano, Atti del Convegno, Milano 24-27 ottobre 2007, Milano, Vita e Pensiero, 481-504.

GIRY-SCHNEIDER, Jacqueline (1987), Les Prédicats nominaux en français, Genève, Droz.

GOLDBERG, Adele E (1995), Constructions: a Construction Grammar Approach to Argument Structure, University of Chicago Press.

GROSS, Maurice (1988), “Les limites de la phrase figée”, Langages, 23, 90, 7-22.

GROSS, Gaston (1996), Les Expressions figées en français. Noms composés et autres locutions, Paris, Ophrys.

GROSSMANN, Francis (2014), “Verbes de constat et autres verbes ‘parenthétiques’. Quel statut dans l’écrit scientifique?”, Arena Romanistica, 15, 106-122.

HALLIDAY, Michael Alexander Kirkwood / HASAN, Ruqaiya (1976), Cohesion in English, London, Longman.

KLEIBER, Georges (1997), “Sens, référence et existence: que faire de l’extra-linguistique?”, Langages, 31,127, 9-37.

KLEIN, Jean-René / LAMIROY, Béatrice (2016), “Le figement: unité et diversité. Collocations, expressions figées, phrases situationnelles, proverbes”, L’Information grammaticale, 148, 15-20.

LAMIROY, Béatrice / KLEIN, Jean-René (2005), “Le problème central du figement est le semi-figement”, Linx, 53, 135-154.

LEGALLOIS, Dominique / FRANÇOIS, Jacques, éds. (2006), Autour des grammaires de constructions et de patterns, Spécial Cahier du CRISCO, 21, Université de Caen.

ONGUENE ESSONO, Louis-Martin (2012), “Innovation morphosyntaxique en presse écrite: analyse de quelques emplois de la préposition dans les médias camerounais”, Le Français en Afrique, 27, 137-151.

PAILLARD, Denis (2002), “Prépositions et rection verbale”, Travaux de linguistique, 1, 44, 51-67.

TUTIN, Agnès (2013), “Les collocations lexicales: une relation essentiellement binaire définie par la relation prédicat-argument”, Langages, 1, 189, 47-63.

TUTIN, Agnès / GROSSMANN, Francis (2002), “Collocations régulières et irrégulières: esquisse de typologie du phénomène collocatif”, Revue Française de Linguistique appliquée, 7, 7-25.

TUTIN, Agnès / KRAIF, Olivier (2016), “Routines sémantico-rhétoriques dans l’écrit scientifique”, in Sitri, Frédérique / Tutin, Agnès (éds.), Phraséologie et genres de discours: patrons, motifs, routines, Lidilem, 53, Grenoble, ELLUG, 119-141.

VANDELOISE, Claude, éd. (1993), La Couleur des prépositions, Langages, 27, 110.

Pubblicato
2019-12-14